Des nouvelles de la Vigne sauvage

Dessin Vigne sauvage
Feuille de Vigne sauvage
La Vigne sauvage est l’ancêtre de la vigne cultivée ; mais c’est aussi une espèce emblématique de la réserve de la Bassée. Cette liane, menacée de disparition, est protégée en France. Or les forêts alluviales inondables de la vallée de la Seine abritent l’une des plus importantes populations françaises. Des pieds ont été recensés entre Marolles-sur-Seine et Romilly-sur-Seine mais le cœur de la population de trouve dans la réserve naturelle.

En Bassée, la Vigne sauvage fait d’ailleurs l’objet d’un Plan régional d’Actions de Conservation que nous avons rédigé en 2016 en partenariat avec :
– le Conservatoire botanique national de Bassin parisien
– Seine-et-Marne Environnement
– l’Association des naturalistes de la vallée du Loing et de Fontainebleau

Avec le soutien financier de l’Agence de l’Eau Seine Normandie et la Direction régionale et interdépartementale de l’Environnement et de l’Energie et avec le soutien technique de l’Association des naturalistes du Nogentais des premières actions ont pu être mises en place.

Il nous semblait primordial de lancer une étude génétique, pour confirmer qu’il s’agissait bien de pieds de Vigne sauvage et non de vignes ensauvagées ou même d’hybrides avec de la vigne cultivée. En effet, il est très difficile à l’œil d’être certains de bien identifier l’espèce…
Bonne nouvelle : il s’agit bien de Vignes sauvages, pour 93 pieds sur les 97 analysés !

Toutefois, l’étude a montré que la diversité génétique entre les individus est faible, c’est-à-dire qu’ils ont des liens de parenté assez forts. Mais elle met aussi en évidence une quarantaine d’individus plus éloignés génétiquement. Pour limiter la consanguinité, nous allons donc voir s’il est possible de les bouturer et de les réimplanter dans des secteurs où les pieds de Vigne sauvage ont de très forts liens de parenté (clones, frères-sœurs, …) pour favoriser les croisements entre individus plus éloignés sur le plan génétique.

Mais la Vigne sauvage est une espèce un peu spéciale…

 
Jeune plantule de Vigne sauvage
En effet, elle est surtout connue pour marcotter ou faire des rhizomes et former ainsi des clones d’elle-même. Pour assurer un meilleur brassage génétique, il faudrait augmenter le taux de reproduction sexuée (c’est-à-dire entre 2 individus différents). Nous avons donc étudié, d’abord en laboratoire, la germination de grains de raisin : quelles sont les conditions idéales ? à quoi ressemblent les jeunes plantules ? Ces informations nous ont permis de partir sur le terrain à la recherche de jeunes plants (en photo à gauche). Ils sont reconnaissables à leur cotylédons : ce sont ces deux petites feuilles qui ne ressemblent pas à des feuilles de vigne à la base. Les cotylédons se développent dans la graine pour fournir au jeune plant l’énergie nécessaire pour pousser au début de sa vie.
Bonne surprise, il en avait bien plus de jeunes plantules qu’espéré, les inondations de l’hiver ont certainement été favorables à cet élan de germination en décapant les sols.
Localisation des platules de Vigne sauvage

 

Plantule de Vigne sauvage d'un an ou deux

Nous avons même trouvé quelques pieds âgé d’un an ou deux (en photo à gauche, sans cotylédons). Certains de ces pieds seront suivis dans le temps car c’est dans les premières années de vie que le taux de mortalité est le plus élevé…

Affaire à suivre, donc !